Les derniers jours de Rabbit Hayes

Une couverture inhabituelle. Une quatrième de couverture intrigante et prometteuse. Recommandé par le merveilleux Gérard de la Griffe Noire, il n’en fallait pas moins pour me lancer dans une nouvelle aventure.

Titre : Les derniers jours de Rabbit Hayes
Auteur : Anna McPartlin
Editeur : Le cherche midi – février 2016 ; Pocket – février 2017
Nombre de pages : 474

Résumé :
Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre. Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa soeur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu’elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l’espoir de la sauver s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant. Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Source : babelio

Mon avis : 
Nous allons donc passer 9 jours auprès de Rabbit, qui seront les 9 derniers jours de sa vie.
9 jours où chaque membre de la famille va prendre la place du narrateur : sa mère, son père, sa soeur, son frère et sa fille.
Les points de vues, les avis, les styles sont très différents, cela rend le livre très agréable à lire, mais aussi très dynamique.

L’issue ne changera pas, Rabbit va mourir et il n’y aura pas une super surprise à la fin, comme une rémission ou une guérison magique. Malgré tout c’est un livre très gay. J’ai ri et j’ai pleuré mais j’ai passé un très bon moment.
Car oui, si je devais décrire ce livre, malgré un thème triste, je dirais qu’il est drôle. La maman de Rabbit est d’un genre spécial, les situations sont cocasses, bref on se marre bien !

J’ai perdu mon papa, je connais ces dernières jours, même si en amont on ne sait pas que ce sont les derniers. J’aurai aimé que l’on soit tous ainsi, autour de lui, en famille, à rire, à pleurer, à s’organiser.
A mettre entre toutes les mains, quelque soit le contexte dans lequel vous vous trouvez.

Note : 8/10

DSC_0563

DSC_0566

L’auteur a récemment sorti un nouveau livre Mon midi, mon minuit avec une couverture très similaire. Je me laisserai très probablement tenter lors de sa sortie en version poche.

L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :